Le système d’assainissement : utile pour traiter efficacement les eaux usées

Quand les systèmes d’assainissement sont inexistants ou non conformes, l’accès à l’eau potable devient difficile pour les habitants de tout logement. De ce fait, il est important de songer à mettre en place un équipement autonome et respectueux de la conformité en vigueur. Bien entretenu et bien conçu, il aide à préserver l’environnement et à améliorer la qualité de l’eau. Gros plan sur la technique d’installation du système.

Comment bien installer un système d’assainissement ?

Installer son système d’assainissement est loin d’être un jeu d’enfant. Afin qu’il remplisse efficacement ses rôles, c’est-à-dire traiter les eaux usées et protéger les nappes phréatiques, il est important de respecter quelques étapes. La première chose à faire consiste à réaliser une déclaration du matériel que l’on souhaite mettre en place. Il faut savoir que plusieurs filières de traitement sont autorisées par la réglementation. Le choix de la filière dépendra de plusieurs critères, à savoir le sol, la surface disponible et la pente. Il faudra par la suite déposer un dossier de conception d’une filière d’assainissement individuel. On effectuera cette démarche auprès de la mairie. L’étape suivante consiste à faire appel à une entreprise spécialisée dans le domaine.

Elle procédera à la pose d’une microstation d’épuration individuelle. Grâce à des installations modernes, l’élimination des boues d’épuration s’effectuera plus facilement. Avant d’entamer les travaux, le prestataire procédera à des préconisations légales et techniques. Cela garantira le fonctionnement et la longévité de la station dans le temps. L’opération doit faire l’objet d’une étude de conception afin d’identifier les besoins et les contraintes du terrain en question. Par exemple, si le logement est situé dans une zone à usage sensible, il convient de recourir à des dispositions particulières. Aussi, il faudra vérifier si le terrain présente des particularités, à savoir une nappe phréatique proche de la surface ou bien l’existence d’un puits à proximité.

Quel budget prévoir pour ce type de prestation ?

En ce qui concerne le budget à prévoir pour ce genre d’installation, cela est généralement élevé. Néanmoins, des avantages reviennent aux particuliers. Il faudra donc prévoir entre 5000 et 12000 euros pour la pose d’un équipement d’assainissement non collectif. Ces prix comprennent, entre autres, les coûts du matériel ainsi que les études préliminaires nécessaires. Pour éviter les mauvaises surprises, il est préférable d’estimer le coût global du système sur toute sa durée de vie. Par exemple, un matériel plus onéreux à l’achat, mais qui consomme moins d’électricité, peut permettre de réaliser des économies intéressantes, et ce, sur le long terme.

Il est également possible de bénéficier de certaines aides financières pour les opérations. D’autres solutions permettent de même de réduire les dépenses. Le coût des travaux peut aussi dépendre du type de filière adopté et du nombre d’occupants. Afin de définir le prix total des opérations, on doit prendre en considération, notamment, l’étude préalable d’assainissement, le coût d’achat de la filière, et bien sûr, le coût de relevage en fonction des terrains. Il faudra de même compter les coûts annexes, comme le diagnostic du SPANC (Service Public d’Assainissement Non Collectif), sans oublier l’étude des sols. Cette dernière coûte généralement entre 200 et 500 euros.